La mélatonine est une hormone produite par la glande pinéale qui joue de nombreux rôles au sein de l’organisme. Entre autres, elle régule un certain nombre de sécrétions hormonales, joue un rôle particulier dans la protection de l’ADN, contribue à renforcer le système immunitaire et synchronise le cycle du sommeil chez l’individu. Ce dernier rôle est sa mission principale. Elle se charge de réguler le processus de veille et de sommeil. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle est encore appelée hormone du sommeil. La synthèse de la mélatonine se fait la nuit et s’arrête le jour. Elle peut être comparée à une horloge interne qui donne des repères temporels à l’organisme et réglemente ses principales fonctions physiologiques qui dépendent de la durée du jour ou de la nuit.

Lorsque la sécrétion de la mélatonine est déréglée, l’organisme envoie plusieurs messages qui devraient vous alerter et vous informer que vous avez une carence en mélatonine.

Les principaux symptômes de la carence en mélatonine

Si votre organisme manque de mélatonine, plusieurs éléments vous permettront de le savoir. Ainsi, voici quelques symptômes qui devraient tirer la sonnette d’alarme.

1.      Les changements d’humeur

Un cycle du sommeil déréglé peut générer des troubles d’humeur et même conduire à la dépression. En effet, dès que le jour commence à se lever, la mélatonine cède peu à peu sa place au cortisol encore appelé hormone du stress. C’est la concentration de cette hormone entre autres qui vous pousse à vous lever et à accomplir vos tâches tout au long de la journée.

Ensuite, la tombée de la nuit envoie un message au cerveau : la nuit tombe et il faut que la mélatonine soit secrétée. Le cortisol cède donc petit à petit sa place à l’hormone du sommeil qui prépare votre organisme au repos. Un point important à noter est que la mélatonine ne peut être secrétée sans un neurotransmetteur : la sérotonine encore appelée hormone du bonheur.

Shutterstock, Inc.

La sérotonine et la mélatonine jouent ensemble un rôle très important dans la préservation de la bonne humeur. Si votre organisme en est donc la plupart du temps privé, ne soyez pas surpris d’être une fois sur deux de mauvaise humeur.

2.      Des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos est un phénomène présent chez environ 6 à 10% de la population. Il s’agit d’un trouble qui se manifeste généralement pendant les périodes d’inactivité ou la nuit au moment de dormir.

Les personnes qui en souffrent peuvent ressentir une sensation de brûlure ou de chaleur dans les jambes ou encore des fourmillements et des douleurs au niveau des membres inférieurs. Ces douleurs ne s’atténuent ou ne diminuent généralement qu’après quelques mouvements. Parfois, un traitement est indispensable pour stopper la douleur et soulager l’intéressé.

3.      Hypothyroïdie

On parle d’hypothyroïdie lorsque la glande thyroïde ne parvient plus à produire suffisamment d’hormones. Ces hormones étant indispensables au bon fonctionnement de nombreux organes au sein de l’organisme, leur manque cause des dégâts considérables tels que:

  • prise de poids,
  • problèmes de digestion,
  • rythme cardiaque ralenti,
  • mauvaise humeur,
  • frilosité,
  • crampe,
  • douleurs musculaires,
  • pâleur,
  • bouleversement du cycle menstruel, etc.

4.      Problèmes de mémoire

Lorsque l’individu manque de sommeil de façon chronique, des changements interviennent au niveau du cerveau et celui-ci accumule des protéines qui peuvent être néfastes pour le système nerveux et entraîner facilement des troubles de mémoire.

Ces troubles apparaissent la plupart du temps avec l’âge mais ils peuvent aussi toucher les plus jeunes. Être longtemps exposé aux écrans (téléphones, ordinateurs, tablettes, etc.) la nuit contribuerait à développer des problèmes de mémoire même chez des personnes qui n’étaient pas à risque.

5.      Vieillissement prématuré et mélatonine

L’une des dernières fonctions de la mélatonine à être découverte est son action sur le vieillissement des cellules ainsi que les maladies qui y sont associées.

D’après certaines études, la sécrétion de la mélatonine diminue avec l’âge. Ceci peut être à la base de nombreuses maladies que l’être humain développe en vieillissant comme l’hypertension, les problèmes cardiaques, le diabète, les troubles de la mémoire, etc. La sécrétion en quantité suffisante de mélatonine pourrait donc être la clé pour lutter contre la neurodégénérescence et assurer la régénération des cellules et une parfaite santé.

Si vous ressentez plusieurs de ces symptômes à la fois, il est fort probable que vous ayez une carence en mélatonine. Vous devrez donc prendre les dispositions qu’il faut pour régler ce problème. Aussi, il est important de savoir que la mélatonine est secrétée en fonction des signaux que notre environnement envoie à l’organisme. Ce qu’il faut donc faire pour préserver cette horloge est de veiller à alterner efficacement la luminosité et l’obscurité dans son environnement.

Il s‘agit par exemple d’éviter d’être exposé à la lumière (que ce soit celle d’une pièce ou celle des écrans) tard le soir. Dans la même optique, il convient de s’exposer à la lumière dès le matin pour faciliter le réveil. Ces réflexes simples exécutés sur une longue durée devraient rétablir l’ordre et le fonctionnement du cycle circadien si le problème est détecté de manière précoce. Dans le cas contraire, il faudra se soumettre à un traitement médicamenteux.

Quoiqu’il en soit, il vous faudra être à l’écoute de votre corps et de votre organisme. Reconnaître les symptômes d’une carence en mélatonine vous permettra de faire ce qu’il faudra au moment opportun.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici