SantéAsthme d'effort : symptômes, causes et traitement

Asthme d’effort : symptômes, causes et traitement

L’asthme d’effort est un type d’asthme qu’on retrouve chez les personnes asthmatiques, mais aussi chez les patients qui n’ont aucun asthme connu. On parle plutôt de bronchoconstriction induite par l’effort. Comment définir l’asthme d’effort ? Quelles sont ses causes et ses symptômes ? Comment traiter l’asthme d’effort ? 

L’asthme d’effort : qu’est-ce que c’est ?

L’asthme d’effort se déclenche lors de l’obstruction des voies respiratoires. Cette obstruction est transitoire et déclenchée par un effort violent ou prolongé. Une hyperventilation se déclenche et provoque des spasmes au niveau des bronches. On observe parfois un gonflement de la muqueuse bronchique ou l’information d’un bouchon muqueux. De ce fait, les voies bronchiques rétrécissent. C’est ce qu’on appelle la bronchoconstriction. Le patient ressent alors une sensation d’étouffement, l’air a du mal à circuler. Cette situation peut rapidement devenir une urgence médicale.

Il ne faut pas confondre l’asthme et l’asthme d’effort. En effet, l’asthme d’effort peut survenir chez les patients qui ne sont pas asthmatiques, notamment chez les athlètes. Ainsi, l’asthme d’effort est un événement qui peut être isolé ou répétitif, même sans asthme sous-jacent.

Les personnes concernées par l’asthme d’effort sont principalement les asthmatiques. On estime que 90 % des patients asthmatiques déclenchent des crises d’asthme d’effort. En outre, des études ont démontré que certains athlètes sont également atteints par des crises d’asthme d’effort. En revanche, il existe certains sports plus propices au déclenchement d’une crise : les sports intensifs qui nécessitent de l’endurance comme le ski de fond, la course à pied, le cyclisme et les sports de glace.

L'asthme d'effort : qu'est-ce que c'est ?
Source : shutterstock.com

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes principaux de l’asthme et d’effort sont : un essoufflement, des difficultés respiratoires, une toux incontrôlable, une oppression thoracique et une respiration sifflante. Toutefois, ces symptômes ne sont pas significatifs. Ils peuvent être inconstants, bien qu’ils se manifestent généralement 15 minutes après l’interruption de l’effort.

Dans la plupart des cas, il existe une période réfractaire pendant les heures qui suivent la crise d’asthme. Ainsi, il est possible de répéter l’effort sans déclencher une nouvelle crise. Il faut cependant savoir que les crises d’asthme sévères représentent une urgence vitale.

Quelles sont les causes et conséquences de l’asthme d’effort ?

Comment peut-on expliquer une crise d’asthme d’effort chez une personne non asthmatique ? Il faut savoir que lorsqu’on fait un effort physique conséquent, le volume d’air inspiré est plus important et souvent, il entre par la bouche. Si l’air est froid et trop sec, les bronches se déshydratent et se refroidissent.

Cela provoque une réaction thermique et hydrique, suivie d’une irritation des muqueuses bronchiques. Des médiateurs chimiques sont alors libérés et ce sont eux qui provoquent le bronchospasme. L’oxygène n’est plus transporté et une hypoxie peut survenir sans soin adéquat.

Comment traiter cet asthme ?

En cas de crise d’asthme, il est nécessaire d’avoir un bronchodilatateur sous la main comme Airomir Autohaler ou la Ventoline. Ce dernier permet de dilater les bronches afin de laisser l’air circuler. Lorsque l’asthme est avéré, il est nécessaire de prendre une à deux bouffées 15 minutes avant l’effort.

Comment traiter cet asthme ?
Source : shutterstock.com

Il existe également des traitements de fond par voie orale qui permettent de prévenir les crises d’asthme. Ce sont des médicaments appartenant à la classe des anti leucotriènes. Ces anti-inflammatoires ont moins d’effets indésirables que les corticostéroïdes inhalés.

En cas de crise d’asthme sévère, il est nécessaire d’appeler le 15 pour recevoir un traitement d’urgence. Les secours vont alors administrer de l’oxygène, des corticoïdes par voie intraveineuse et un traitement par nébulisation.

Lorsqu’on a un asthme reconnu ou tendance à faire des crises d’asthme d’effort, la prévention est fondamentale. Vous pouvez d’une part vous tourner vers la phytothérapie pour un traitement de fond. Faites infuser de la passiflore, de la valériane, du tilleul, de la nigelle, de l’aubépine ou de l’églantier trois à quatre fois par jour.

Enfin, il est nécessaire d’apprendre à connaître ses limites et de se renseigner sur les conditions météorologiques avant de faire du sport en extérieur (pollution, poussière, humidité). L’échauffement est obligatoire et doit être progressif. L’arrêt de l’effort doit être par ailleurs gradué. Pensez à respirer par le nez et non par la bouche. En hiver, portez une écharpe devant votre bouche pour éviter de respirer de l’air frais. En cas de difficultés à respirer ou de toux sifflante, interrompez l’effort et prenez une bouffée de bronchodilatateur.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement - Newspaper WordPress Theme