SantéCancer de la peau : comment surveiller ses grains de beauté ?

Cancer de la peau : comment surveiller ses grains de beauté ?

La majorité des êtres humains possèdent des grains de beauté. Bien apparents sur l’épiderme, ils se forment à partir de pigments cutanés, les mélanocytes. Ils sont plus visibles sur les zones en contact direct avec les rayons solaires. Généralement, ce sont des points en relief inoffensifs épars sur votre peau. Cependant, il arrive que l’apparition d’un grain de beauté indique une maladie insidieuse : le cancer de la peau.

Pourquoi faut-il surveiller ses grains de beauté ?

Il est essentiel de prêter attention à tous les changements ressentis, que ce soit interne ou externe. La surveillance de ses grains de beauté ne fait pas exception à la règle. À terme, cela doit devenir un réflexe. L’objectif est de prendre conscience au plus vite de toute anomalie pouvant évoquer un cancer de la peau. Plus vite un traitement est pris, plus grandes sont les chances de guérir.

D’emblée, un grain de beauté visible sur une étendue assez large n’est pas systématiquement cancéreux. Inversement, un minuscule point n’est pas toujours sans danger. Tout dépend de l’évolution du grain. Certains se transforment en mélanomes au fil du temps.

Un auto-suivi régulier est impératif pour certains individus. Sont notamment visés :

  • Les personnes qui ont un passif avec le cancer de la peau ;
  • Celles qui ont suivi plusieurs séances de chimiothérapie pour guérir d’un autre type de cancer. L’attention est à multiplier pour les enfants ;
  • Les catégories de personnes avec un système immunitaire faible ou souffrant d’une maladie auto-immune ;
  • Celles qui sont sujettes à une hérédité, qu’il s’agisse d’un cancer ou la typologie de la peau. Cela touche surtout les individus au teint clair ;
  • Celles qui comptent plus d’une cinquantaine de grains sur elles, augmentant les risques de contracter un cancer ;
  • Les personnes qui suivent un traitement contenant des hormones de croissance.
Pourquoi faut-il surveiller ses grains de beauté ?
Source : shutterstock.com

Quand faut-il vous rendre chez un dermatologue ?

Si vous appartenez aux catégories vulnérables susmentionnées, un examen médical périodique est vivement recommandé. Dès lors qu’un grain de beauté présente des caractéristiques inquiétantes, il est préférable de consulter votre dermatologue. Voici des particularités cumulatives qui doivent immédiatement interpeller :

  • Le grain présente une forme asymétrique bien discernable ;
  • Les bordures du grain ne sont pas claires, elles sont rugueuses ;
  • Sa couleur est définitivement en contraste avec les teintes habituelles des autres points ;
  • Sa circonférence est approximativement de 6 mm ;
  • Le sujet a largement dépassé la trentaine ou le grain évolue constamment.

Certains signes supplémentaires, plus graves, démontrent souvent le stade avancé de la maladie, à savoir :

  • Des élancements autour de la partie ou des douleurs au toucher ;
  • Des démangeaisons ;
  • Des saignements ;
  • La zone autour du grain est irritée.

Le dépistage d’un cancer de la peau est précédé d’une inspection de la peau par un dermatologue. Pour ce faire, il utilise du matériel spécifique à sa profession. Celui-ci lui permet de déceler d’éventuels grains problématiques ayant échappé à la vigilance du patient. En cas de suspicion, il procède à la biopsie. Si le diagnostic est confirmé, il prodigue les soins appropriés.

Ces derniers sont considérés de près par les assurances. Une exonération est notamment possible sous certaines conditions. De plus, la couverture santé englobe tous les frais. Cela inclut les rendez-vous médicaux, l’achat des médicaments et l’hospitalisation. Il est aussi envisageable de se faire indemniser à travers le remboursement de la mutuelle santé Groupama. La compagnie d’assurance dispose d’ailleurs d’un vaste réseau de spécialistes partenaires si cela vous est utile.

Quand faut-il vous rendre chez un dermatologue ?
Source : shutterstock.com

Quels sont les bons gestes à adopter ?

Si certains gestes sont préventifs, d’autres visent à enclencher rapidement le traitement en détectant précocement les mélanomes.

Ainsi, afin de réduire les risques de développer un cancer de la peau, il est préférable de :

  • Rester à l’ombre lorsque le soleil est au zénith. Néanmoins, le pic de chaleur s’étend de 10h jusqu’en fin d’après-midi ;
  • Prendre des suppléments de vitamine D plutôt que de prendre du soleil dehors. C’est d’ailleurs conseillé pour les individus dont la peau est fragilisée ;
  • Proscrire les bronzages ;
  • Se vêtir d’habits servant de bouclier contre les ultraviolets. Il existe des entreprises spécialisées dans la confection de ce type de textile.
  • S’enduire de crème solaire avant de sortir et réitérer fréquemment son application. Le produit doit favoriser une protection en profondeur et sans agents toxiques.

Pour mieux choisir l’écran solaire, fiez-vous à son indice indiqué sur le contenant. De même, portez votre attention sur ses composants. La présence de dioxyde de titane et d’oxyde de zinc par exemple est un bon indice. Ces éléments procure au produit un spectre plus large.

Toutefois, la meilleure façon de suivre la progression éventuelle du cancer est de constituer une base de données photographiques. Aussi fréquemment que possible, prenez en photo les grains de beauté. De préférence, faites-le avec l’assistance de votre dermatologue. Pour faciliter un suivi journalier, il faut appliquer la méthode mnémotechnique ABCDE. Celle-ci vous est expliquée en détails par le médecin spécialiste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement - Newspaper WordPress Theme