Vous souhaitez retarder votre maternité ? Vous avez un souci au niveau de votre appareil génital ou un problème de fécondité ? Procéder à la vitrification ou la congélation d’ovocytes est désormais une meilleure adoptée par de nombreuses femmes dans votre cas. Il s’agit d’une méthode utilisée pour préserver la fertilité féminine. Elle offre la possibilité à n’importe quelle femme d’enfanter, même si sa réussite n’est pas garantie à 100 %.

En quoi consiste la congélation d’ovocytes ?

La congélation d’ovocytes par vitrification est un moyen utilisé pour suspendre l’horloge biologique d’une femme. Il consiste à prélever des ovocytes par la voie médicale pour une éventuelle réutilisation dans le futur. Ce processus est souvent une solution efficace pour une personne souffrante d’un trouble de la fertilité féminine.

En France, la congélation et toutes les procédures de la procréation médicalement assistée sont régies par les lois de bioéthique. Une femme procédant à la conservation de ses ovocytes doit être suivie par un spécialiste. Elle concerne surtout des femmes qui ne peuvent pas concevoir naturellement ou celles qui ont un problème de santé et doit subir un traitement lourd. L’autoconservation n’est autorisée que si vous faites un don d’ovocyte.

L’âge est un facteur déterminant sur la qualité d’ovocyte. Mais avec le changement de mode de vie des femmes, la congélation d’ovocytes est de plus en plus prisée par les femmes d’aujourd’hui.

Il est nécessaire de préciser que la vitrification d’ovocyte entraîne le suivi de traitements spécifiques. Parmi eux, il y a la stimulation ovarienne et la réalisation d’une opération chirurgicale bénigne lors du prélèvement. Dans ce cas, en fonction de votre état, elle peut provoquer des gênes et des troubles pour votre quotidien.

En quoi consiste la congélation d’ovocytes ?
Source : Shutterstock.com

Comment congeler les ovocytes ?

Le processus de la vitrification commence par un test et un bilan de santé de la patiente. Ils ont pour but d’éliminer toute suspicion des maladies infectieuses, comme le Sida ou les hépatites B et C. En fonction du résultat obtenu, la patiente devra entamer un traitement pour stimuler ses ovaires. Celui-ci est indispensable pour amener rapidement plusieurs follicules à maturité.

Arrivé à ce stade, le spécialiste effectue le prélèvement appelé « ponction des ovocytes ». Elle est réalisée sous anesthésie locale via un guidage échographique. Après le prélèvement, les ovocytes sont plongés dans de l’azote liquide à un degré spécifique de 196 °C.

Les ovocytes prélevés ne peuvent pas être inséminés et fécondés directement. Ils ont besoin de vitrifier et de cryoconserver dans la solution. Cette étape est importante pour optimiser la conservation des cellules reproductrices.

Il est vrai qu’on appelle cette technique « congélation des ovocytes ». Cependant, l’azote ne se transforme pas en cristaux de glace. Cette spécificité permet aux ovocytes d’offrir les mêmes résultats qu’un ovocyte frais lors d’une conception naturelle.

Où faire la congélation ?

En France, la congélation d’ovocytes ne peut être réalisée que dans un centre agrée de l’Agence de Biomédecine. Toutefois, la loi accepte une autoconservation uniquement en cas de don d’ovocytes. Vous pouvez alors utiliser une partie de vos ovocytes jusqu’à vos 43 ans.

En revanche, dans d’autres pays, la conservation peut être issue d’une décision personnelle. Dans ce cas, dès sa majorité, une femme peut conserver ses ovocytes. C’est la raison pour laquelle certaines personnes vont à l’étranger pour préserver leur maternité.

En effet, de nombreuses Françaises se déplacent aujourd’hui en Espagne, en Suisse, en Italie ou en Belgique pour vitrifier leurs ovocytes.

Quand les faire congeler ?

La probabilité pour une femme d’enfanter s’amenuise au fil du temps. Les ovocytes produits par les ovules ont moins de chances de féconder à mesure que son âge augmente. À 34 ans, une femme a environ 17 % de chance de procréer, tandis qu’une femme de 40 ans en a seulement 10 %.

Toutefois, l’âge auquel une femme pense à avoir un enfant augmente de plus en plus aujourd’hui. Les raisons sont assez simples : elle effectue des études plus longues, puis cherche une situation stable, que ce soit au niveau financier ou personnel. Elle s’investit également à sa carrière et pense ne pas être prête à avoir d’enfant avant ses 35 ans. Pourtant, à cet âge la qualité des ovocytes s’amoindrit et par la même occasion la chance de concevoir naturellement diminue.

Pour certaines, la conservation des ovocytes est obligatoire. C’est le cas pour les victimes d’endométriose sévère ou celles qui suivent un traitement interférant sur la fertilité féminine, comme la chimiothérapie. Les personnes souffrant d’une hyperstimulation ovarienne, d’hydrosalpinx ou d’hydrométrie doivent également conserver leurs ovocytes avant de procéder au traitement.

Source : Shutterstock.com

Quel est le coût de cette technique ?

Le prix de la congélation d’ovocytes est variable en fonction du spécialiste choisi. Il faut compter entre 2000 à 3000 euros. Ce tarif englobe le test de fertilité et le bilan de santé, les échographies et l’analyse des hormones, la ponction et la vitrification. Certaines cliniques étrangères proposent une conservation allant jusqu’à 5 ans.

Toutefois, cette fourchette de prix concerne uniquement les étapes allant du prélèvement jusqu’à la conservation. En cas de déplacement à l’étranger, vous devez rajouter le frais de transport et de logement. Et à la dévitrification, vous devez prévoir les coûts de cette dernière et de la FIV.

Cependant, si vous faites un don d’ovocyte, tous les frais afférents à leurs conservations sont gratuits. Le test de fertilité jusqu’à la vitrification sont pris en charge par le centre de biomédecine. Vous ne vous soucierez des frais qu’au moment de la dévitrification pour la FIV. D’ailleurs, en faisant le don, vous donnez une chance à une personne qui ne peut pas avoir d’enfant d’en avoir un.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici