SantéSoins dentairesDécryptage de 3 traitements dentaires

Décryptage de 3 traitements dentaires

Le maintien d’une bonne hygiène buccale est indispensable pour rester en bonne santé. Cependant, il peut arriver que, pour des raisons esthétiques ou à cause de certaines complications, un problème dentaire nécessite une intervention chirurgicale. C’est notamment le cas pour la pose d’un implant, pour l’extraction d’une dent ou pour une greffe osseuse. Nous vous proposons un décryptage de ces trois traitements dentaires.

L’implantologie dentaire : ce qu’il faut savoir

L’implantologie dentaire est un soin moderne qui permet de remplacer une ou plusieurs dents. Il s’agit de poser une racine artificielle dans l’os de la mâchoire sous la gencive. Généralement, l’implant dentaire sert d’ancrage pour une prothèse. Ce soin est recommandé pour réaliser une restauration prothétique fixe, mais aussi pour stabiliser un appareil dentaire.

Le traitement d’implantologie dentaire permet ainsi de recouvrer une dentition entièrement fixe et esthétique. Avec un implant, vous pourrez recommencer à afficher votre plus beau sourire et retrouver une alimentation variée. Cette intervention chirurgicale peut convenir à tout le monde, sous réserve d’absence de problème médical ou financier.

La phase préopératoire

Avant d’en arriver à l’intervention proprement dite, le dentiste effectue un bilan pré-implantaire afin de s’assurer que l’état bucco-dentaire est exempt de tout risque d’infection. À cet effet, il prend connaissance de vos antécédents médicaux, puis il réalise un examen dentaire complet.

Un contrôle radiologique est ensuite fait pour que le praticien puisse visualiser avec un maximum de précision l’endroit où l’implant devra être fixé. Cette radiographie, en 3D, aide le dentiste à avoir une vision parfaite de la structure osseuse de votre partie maxillo-faciale.

À la suite de cette consultation, si le dentiste estime que vous pouvez subir l’intervention, un devis détaillé vous sera expliqué et remis. Comme l’explique la clinique d’implantologie AetM Groupe sur son site, le coût de l’opération comprend le prix de l’implant dentaire, mais également celui de la couronne en céramique. Certains professionnels proposent une éventuelle prise en charge avec les diverses mutuelles. Celle-ci est étudiée afin de déterminer votre reste à charge immédiat.

L’opération proprement dite

Lorsque le plan de traitement est accepté, le dentiste programme l’intervention, qui se déroule le plus souvent sous anesthésie locale. Une fois que le produit anesthésique aura fait son effet, le spécialiste pourra passer à la pose de l’implant dans la mâchoire.

Après la pose, il peut rajouter une vis de guérison pour faciliter la formation de la gencive avant de la refermer. Il s’agit d’une opération assez rapide. La pose de l’implant dure environ une vingtaine de minutes.

Généralement, une période de cicatrisation pouvant aller de 2 à 6 mois est indispensable avant la pose de la couronne dentaire. Cependant, dans certains cas, grâce aux nouvelles techniques, vous avez la possibilité de recevoir une prothèse provisoire.

Celle-ci possède la caractéristique de ne pas être « chargée » pour assurer une guérison et une intégration optimale de l’implant dans l’os. Une fois que la période de guérison est passée, le spécialiste s’occupe de poser une couronne ou un bridge définitif pour une reconstruction complète de votre dentition.

À cet effet, le cabinet de dentiste réalise une prise d’empreinte pour la fabrication de votre couronne dentaire. Des essais sont effectués pour vous permettre de déterminer si vous êtes satisfait en termes de confort, de mastication ou de forme de la dent.

Lorsque le travail répond à vos attentes, le dentiste colle ou visse définitivement la couronne dentaire fixe. Pour finir, le praticien vous fournit les indications pour votre hygiène bucco-dentaire. Des détartrages réguliers sont aussi recommandés. De plus, une visite annuelle chez le spécialiste est nécessaire pour prévenir les infections.

chirurgien dentaire

Traitement dentaire : l’extraction des dents de sagesse

Les dents de sagesse sont des molaires qui apparaissent normalement vers l’âge de 18 ans. En général, elles sont au nombre de quatre, mais il peut arriver que certaines personnes en possèdent moins, voire pas du tout. Elles poussent tout au fond de la bouche et peuvent aider à faciliter la mastication. Cependant, la plupart du temps, l’espace entre les dents n’est pas suffisant pour permettre le développement des troisièmes molaires. Elles peuvent alors s’infecter ou pousser en chevauchant les autres dents. En conséquence, il peut être nécessaire d’envisager l’extraction de ces dents.

Comment se passe l’intervention ?

Avant de passer à l’opération, le chirurgien-dentiste effectue un examen clinique et radiologique afin de déterminer la nécessité de l’intervention. Le manque de place dans la mandibule, les infections ou le déplacement des dents adjacentes sont autant de raisons qui peuvent justifier cette intervention.

En principe, l’extraction d’une ou de deux dents de sagesse se réalise sous une anesthésie locale dans un cabinet dentaire. En revanche, lorsqu’il faut retirer les quatre dents, une anesthésie générale peut être préconisée. Une hospitalisation en ambulatoire est de ce fait mise en place. Cela revient à dire que vous êtes hospitalisé du matin jusqu’au début de l’après-midi.

Après l’anesthésie, le praticien crée une incision dans la gencive où se trouve la dent de sagesse. Pour faciliter l’extraction, l’os qui bloque l’accès à la racine est retiré. Une fois la dent entièrement enlevée, le chirurgien-dentiste nettoie la zone pour s’assurer qu’il ne reste pas de particules osseuses suite à l’opération.

Par la suite, il utilise des points de suture résorbables pour fermer l’ouverture. En moyenne, la durée de cette opération est de 30 à 45 minutes. Néanmoins, elle peut se révéler plus longue en fonction de la complexité du cas de chaque patient.

Quelles sont les suites opératoires ?

L’extraction des dents de sagesse est une intervention qui entraine des douleurs relativement importantes ainsi qu’un gonflement. Après l’opération, le chirurgien dentiste vous indiquera tous les bons gestes à adopter pour atténuer la douleur, tels que :

  • l’application d’une poche de glace pour réduire l’œdème,
  • la prise d’antalgiques pour atténuer la douleur,
  • l’utilisation de bain de bouche pour maintenir une bonne hygiène buccale.

Il est aussi recommandé de privilégier une alimentation liquide et froide pendant les premiers jours suivant l’opération.

intervention dentaire

Sinus lift : de quoi s’agit-il ?

Le sinus lift est une intervention chirurgicale dont l’objectif est d’augmenter l’épaisseur de l’os de la mâchoire supérieure au niveau des prémolaires et des molaires. Concrètement, il s’agit d’une greffe osseuse qui est utile en amont d’une pose d’implant dentaire. Le but de l’opération est d’assurer la solidité et la fonctionnalité de la mâchoire et des dents afin de favoriser le traitement implantaire.

Comme la majorité des opérations, le sinus lift est réalisé sous une anesthésie locale. Avant l’opération, le praticien vous explique les deux méthodes pouvant être utilisées pour votre intervention. Il s’agit du sinus lift externe et du sinus lift interne.

Le sinus lift externe, encore appelé comblement fermé du sinus, est une technique préconisée lorsqu’il reste une très faible épaisseur d’os (moins de 5 mm). Dans ce cas, une petite ouverture est faite dans la paroi latérale de l’os. Par la suite, la muqueuse sinusienne est décollée afin que la greffe soit posée dans l’espace entre ladite membrane et l’os.

Le sinus lift interne, aussi appelé comblement ouvert du sinus, est une méthode utilisée uniquement lorsque la hauteur de l’os est suffisante (soit plus de 6 mm d’épaisseur). Le dentiste surélève la membrane sinusienne, puis crée un puits dans l’os. Il poursuit l’opération en rehaussant le plancher du sinus au travers de ce puits.

Quelle que soit la technique utilisée, la pose de l’implant dentaire peut avoir lieu durant la même intervention. Pour cela, il faut que votre situation dentaire le permette. Si le praticien estime que la procédure présente des risques, vous devrez attendre quelques mois avant de recevoir votre implant.

Après l’opération, le chirurgien vous donne des instructions pour favoriser la cicatrisation. Des antibiotiques, des antalgiques et des antibactériens sont prescrits pour atténuer la douleur et éviter les infections.

Vous en savez désormais plus sur ces différentes interventions dentaires. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à poser toutes les questions à votre dentiste pour bénéficier du traitement adapté à vos besoins.

- Advertisement - Newspaper WordPress Theme