La ligature des trompes de Fallope est une intervention chirurgicale dont l’objectif est la stérilisation féminine. Cette intervention est effectuée dans le but de rendre les trompes imperméables et par conséquent, d’empêcher que les gamètes (ovocyte et spermatozoïdes) se rencontrent. Que savez-vous de cette intervention ? Retrouvez dans la suite de cet article tout ce qu’il faut savoir.

Ligaturer les trompes de Fallope : ça engendre quoi exactement ?

L’objectif de cette technique de stérilisation féminine est de mettre en place une méthode contraceptive. La ligature des trompes est essentiellement destinée aux femmes qui ne souhaitent pas ou plus avoir d’enfant. Dans cette méthode, on occlut les trompes de Fallope qui servent à transporter les gamètes mâles appelées spermatozoïdes vers l’ovule et l’ovule vers l’utérus. En d’autres termes, cette opération empêche l’ovule de passer de l’ovaire vers la trompe de Fallope, car c’est là où, celui-ci peut entrer en contact avec les spermatozoïdes.

Le but visé est d’empêcher les trompes de fonctionner normalement et de cette manière, éviter toute possibilité pour la femme de contracter une grossesse. Il est important de souligner que la ligature des trompes de Fallope représente un moyen de contraception efficace à 99 %. Toutefois, cette méthode ne garantit pas une protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST) encore moins contre le SIDA.

Comment se déroule la ligature des trompes de Fallope ?

Ici, tout commence au préalable par une consultation médicale. Durant de celle-ci, la patiente exprime son désir et les raisons que la pousse à recourir à cette chirurgie. Ensuite, le gynécologue se chargera de lui détailler le déroulement de l’opération, les différentes techniques existantes, les suites postopératoires ainsi que les risques éventuels. Il lui présentera en outre, les autres méthodes existant en matière de contraception afin qu’elle puisse faire son choix en toute connaissance de cause. La patiente reçoit le dossier complet comportant des informations supplémentaires et qui l’aideront à prendre une décision réfléchie. C’est pour cette raison qu’il est obligatoire de donner à la patiente un délai de quatre mois entre le premier rendez-vous et la date où devra éventuellement se tenir l’intervention effective.

Comment se déroule la ligature des trompes de Fallope ?

À l’expiration de ce délai, si la patiente maintient sa décision de se faire ligaturer les trompes de Fallope, elle devra adresser une lettre écrite au médecin pour confirmation sa volonté et ainsi commencer l’étape qui suit. Il faut souligner que dans le cadre de cette chirurgie seule le consentement de la patiente doit être pris en compte. L’avis du partenaire éventuel n’est pas forcément pris considération.

Deux méthodes donc existent pour procéder à la ligature des trompes. De ce fait, la première méthode consistera à empêcher que l’ovule passe dans la trompe de manière immédiate. Cette méthode peut être réalisée soit en :

  • ligaturant les trompes de Fallope et en les sectionnant,
  • les électro-coagulant
  • les pinçant à l’aide d’un anneau ou un clip

Le plus souvent, la patiente est mise sous anesthésie générale. De ce fait, plusieurs techniques permettent d’accéder aux trompes :

  • la cœlioscopie,
  • une légère incision au niveau du haut du pubis ou bien au fond du vagin,
  • ou une autre chirurgie qui nécessitera l’ouverture de l’abdomen.

Quant à l’autre technique, elle consiste à obstruer de manière progressive les trompes. Cette méthode est appelée Méthode Essure. Il s’agit alors d’insérer un petit implant dans chacune des deux trompes via les voies naturelles à l’aide d’une hystéroscopie.

Cette opération va donc engendrer une fibrose de la zone et va ainsi la boucher entièrement après trois mois. Avec ce procédé, aucune incision chirurgicale n’est nécessaire encore moins une anesthésie générale. La ligature des trompes de Fallope se passe toujours dans un hôpital ou une clinique.

Comment se passe l’après-opération ?

Les suites de l’intervention sont différentes en fonction de la méthode utilisée. En effet, la patiente peut ressentir de petites douleurs au niveau de l’abdomen. Ces douleurs disparaîtront au bout d’un certain temps. Si l’opération s’est déroulée sous anesthésie générale, la patiente traversera une période de convalescence plus longue dans le cas d’une stérilisation par hystéroscopie. Avec cette dernière, elle aura la possibilité de mener ses activités normalement et ce, à partir du jour même.

Si après l’opération, la patience remarque des complications telles que : des retards de règles, de fortes douleurs à l’abdomen ou à un côté du ventre, des saignements vaginaux ou encore une grande fatigue, il est recommandé de consulter un médecin le plus rapidement possible. Le médecin pourra donc vérifier par exemple, l’absence d’une grossesse extra-utérine, une chose qui se produit très rarement.

Par ailleurs, il est important de noter que cette intervention se différencie des autres moyens de contraception par son caractère irréversible. Par conséquent, la ligature des trompes de Fallope empêche de manière définitive la possibilité de grossesse. En outre, la « déligature » qui consiste à « corriger » cette chirurgie est une opération lourde avec des résultats incertains. Ses chances de réussite sont minimes et dépendent de l’état des trompes ligaturées et de la technique utilisée.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici