Lorsque vous souhaitez avoir un enfant, il est nécessaire que la relation sexuelle soit dans la fenêtre d’ovulation. Quand l’un des spermatozoïdes rencontre l’ovule dans la trompe, ils vont former un œuf qui va se diriger vers l’utérus. Ce cheminement, associé à l’implantation de l’œuf sur la muqueuse utérine, est le processus appelé « nidation ». Très importante dans l’étape de conception d’un enfant, certains signes permettent de déceler son déroulement. De nombreuses femmes observent différentes sortes de gènes et de douleur pendant la nidation. De quoi s’agit-il ? Est-ce inquiétant ? Comment faire pour mieux les vivres ?

Est-ce que la nidation provoque des douleurs ?

Durant la nidation, l’œuf va se diviser en plusieurs cellules tout en se dirigeant vers l’utérus. Il va ensuite se fixer à l’endomètre afin d’y soustraire les nutriments dont il a besoin pour se développer. À cette phase de la nidation, l’œuf va se créer une enveloppe qui deviendra le placenta. Une fois protégé, l’œuf deviendra un embryon. Durant cette période, il est recommandé de consommer assez de vitamine E afin de favoriser la nidation.

Normalement, cette étape est quasiment imperceptible. Les vaisseaux rompus dans l’utérus sont très petits et la fixation de l’œuf est aussi indolore. Mais il y a quand même des exceptions en fonction de la personne. De nombreuses femmes ont évoquées avoir ressenties des tiraillements au bas du ventre ainsi que de petites douleurs pendant cette période.

Selon les études des scientifiques, ces dernières ne sont pas si différentes des symptômes d’un syndrome prémenstruel. Les caractéristiques spécifiques sont très subtiles et ne peuvent pas toujours affirmer la venue des règles ou du déroulement de la nidation.

Est-ce que la nidation provoque des douleurs ?
Source : Shutterstock.com

Quelles sont les douleurs lors de la nidation ?

Il existe différents symptômes qui peuvent indiquer que la nidation est en train de s’effectuer dans le corps. Certains sont très fréquents chez les femmes, tandis que d’autres sont plus rares.

Le saignement d’implantation

Lors de la nidation, la fixation de l’œuf à l’endomètre va entraîner la rupture de petits vaisseaux sanguins. Cela va ensuite provoquer un écoulement de sang qui est souvent confondu avec des règles. En effet, ils se produisent à peu près à la même période que les menstruations sont prévues. Cela équivaut entre le 7e et le 10e jour après l’ovulation.

Toutefois, contrairement aux menstruations, le saignement, aussi appelé spotting est moins épaisse et plus liquide. Sa couleur est également plus claire, adoptant une teinte plus ou moins rosée. Ce type de pertes peut être de couleur plus sombre, selon le type de cycle de la femme.

L’intensité de cet écoulement est souvent différente d’une femme à une autre. Mais souvent, il n’est pas important et ne dure pas longtemps. De même, les douleurs associées à la perte de sang durant la nidation sont aussi très légères. Si ce n’est pas le cas, le saignement peut avoir une autre origine que l’implantation.

Les douleurs des seins

Un grand nombre de femmes ressentent des tensions au niveau de leurs seins durant la nidation. Il ne s’agit pas d’importantes douleurs, mais surtout de picotement et de tiraillement sur la surface du sein.

Il arrive que l’on aperçoive un changement de couleur de l’aréole ainsi que des mamelons. Ces derniers deviennent généralement plus foncés. Mais ces douleurs sont de courts termes et n’occasionnent pas beaucoup de gêne au quotidien.

Les crampes

Douleurs communes à celle qui précède l’arrivée de l’aménorrhée, les crampes peuvent aussi se manifester durant la nidation. Elles sont ressenties au bas du ventre ou dans le bas du dos. Il arrive que ces crampes soient accompagnées de spotting, mais ce n’est pas obligatoire.

Autres douleurs

En phase de nidation, il est possible que vous soyez sujet à une constipation ou à une diarrhée. Celles-ci ne durent pas longtemps, mais peuvent être incommodantes au quotidien. Dans cette catégorie, les nausées, les aigreurs d’estomac et les maux de têtes peuvent aussi être fréquentes durant les quelques jours de la nidation. Toutefois, ce type de douleurs est presque souvent imperceptible et n’est pas vraiment gênant.

Comment faire pour bien gérer les douleurs ?

Lorsque les douleurs du symptôme de nidation sont intenses et vous empêchent de vivre normalement, il existe quelques astuces pour les atténuer. Ces dernières sont semblables à méthodes utilisées pour réduire les douleurs des syndromes prémenstruelles :

  • Manger léger pour éviter les aigreurs d’estomac ;
  • Évitez les aliments trop aromatisés, épicés ou gras pour lutter contre les nausées ;
  • Prenez soin d’aérer votre maison, surtout la chambre à coucher ;
  • Adoptez un régime alimentaire à base de fibre afin d’éviter la constipation ;
  • Ne restez pas assisse deux heures d’affilée ;
  • Portez un soutien-gorge adapté pour réduire les douleurs des seins…

Les solutions à adopter dépendent des douleurs que vous ressentez durant cette phase de nidation.

Comment faire pour bien gérer les douleurs ?
Source : Shutterstock.com

Combien de temps durent les douleurs ?

La nidation a lieu généralement lieu à partir du 7e jour après la fécondation. Il est essentiel de prendre note de cet avoir pour avoir plus précisément le début de cette période. Cette tâche est plus facile pour les personnes qui prévoient de faire un enfant et peuvent décider du moment où ils vont avoir des relations sexuelles. C’est aussi le cas pour celles qui ont recours à des méthodes de procréations assistées. La nidation se déroulera normalement jusqu’aux 20e semaines d’aménorrhées. En revanche, les symptômes et les douleurs qui l’accompagnent dureront au maximum 4 jours.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici