La nidation est le moment où l’ovule fécondé, le blastocyste, fait son nid dans la muqueuse utérine pour pouvoir se développer et devenir un embryon. Si certains calculent le début d’une grossesse à partir de la conception, c’est pourtant après cette étape cruciale qu’est la nidation, que la grossesse devient viable. Généralement, l’implantation de l’œuf a lieu entre 7 à 10 jours après l’ovulation. Toutefois, parfois la nidation se fait plus tard, on parle alors de nidation tardive. Quelles sont les conséquences d’une nidation tardive ? Est-elle possible ? Voici les réponses à toutes vos interrogations !

Est-il possible d’avoir une nidation tardive ?

Une nidation tardive est effectivement possible, mais elle n’est pas sans risques. En effet, au-delà des 10 jours qui font suite à l’ovulation, la probabilité d’une perte précoce de l’œuf augmente avec les jours :

Pour une nidation à 11 jours, le risque de fausse couche est de 53 % ;

Pour une nidation supérieure à 11 jours, le risque augmente jusqu’à 82 %.

Les médecins différencient deux types de fausses couches :

  • La première appelée fausse couche chimique se produit avant la cinquième semaine de gestation ;
  • La deuxième est appelée fausse couche précoce et a lieu après la sixième semaine de gestation.

Il est possible que les embryons qui mettent du temps à s’implanter présentent des anomalies chromosomiques, ce qui explique que le corps ne les garde pas.

Est-il possible d’avoir une nidation tardive ?
Source : shutterstock.com

Quels sont les symptômes d’une nidation tardive ?

En règle générale, une nidation normale ne présente pas de symptômes particuliers et c’est souvent un test de grossesse qui révèle la grossesse en mesurant le taux d’œstrogènes, de progestérone et l’hCG (human Chorionic Gonadotropin), la fameuse hormone de grossesse. En effet, L’hCG augmente de façon exponentielle dès la nidation et double tous les deux jours.

Toutefois, certaines femmes ressentent des symptômes de nidation comme :

  • Des douleurs identiques aux règles ;
  • Des nausées ;
  • Une baisse de température ;
  • L’augmentation des pertes blanches (glaire cervicale) ;
  • Des seins douloureux et tendus ;
  • Ou un petit saignement qui est dû aux vaisseaux sanguins abîmes par l’embryon lorsqu’il s’installe.

Néanmoins, ces symptômes sont imperceptibles et n’ont pas été vérifiés scientifiquement.

Par contre, l’absence de règles est bien sûr LE symptôme d’une nidation tardive ou pas !

Quels sont les symptômes d’une nidation tardive ?
Source : shutterstock.com

Que faut-il faire ?

Malheureusement, lors d’une nidation tardive il n’y a pas grand-chose à faire.

Soit l’embryon est viable et il va grandir et grossir normalement dans l’utérus, soit ce n’est pas le cas et c’est la fausse couche…

Généralement, les fausses couches chimiques passent inaperçues, et beaucoup de femmes peuvent avoir été enceintes sans le savoir. On parle alors de grossesse biochimique (ou chimique), l’embryon est évacué avant la 5e semaine d’aménorrhée, comme si vous aviez vos règles menstruelles.

Il est important de savoir qu’une grossesse chimique n’a aucun impact sur la fertilité et il n’y a pas lieu de consulter un médecin !

Pour une fausse couche précoce (après 5  semaines d’aménorrhée), si l’embryon n’est pas expulsé naturellement :

  • Soit votre médecin vous administrera du misoprostol par voie vaginale pour déclencher des contractions utérines et faciliter l’expulsion de l’embryon ;
  • Soit il aura recours à l’aspiration chirurgicale.

Quoi qu’il en soit, rassurez-vous, vous pouvez essayer de mettre en route une autre grossesse aussitôt ! Elle aura même plus de chance d’être menée à terme !

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici