Connaître son corps est un moyen fiable pour éviter certaines maladies. Pour la femme, il importe de connaître le rôle de ses ovaires afin de mieux comprendre ses cycles ovariens et utérins. Voici un article qui en parle, lisez donc.

Qu’est-ce qu’un ovaire ?

Les ovaires se retrouvent généralement chez les femmes et ils représentent les glandes sexuelles féminines. Ils sont au nombre de deux, dont l’un, à droite et l’autre à gauche dans la cavité pelvienne, se trouvant à l’arrière des ligaments larges et contre la paroi latérale. Un ovaire est de petite taille avec une hauteur comprise entre 3 et 5 cm, une largeur de 2 cm et une épaisseur de 1 cm. Un ovaire est couvert par une membrane fibreuse blanchâtre et présente des cicatrices jaunes qui représentent les ovulations déjà faites. Toutefois, la forme de l’ovaire dépend du cycle menstruel de la femme et de son âge. Cet organe féminin possède deux faces (externes et internes), de deux bords (antérieurs et postérieurs) et de deux extrémités (supérieur et inférieur). Il est en contact direct avec la trompe de Fallope et se maintient dans sa position grâce à un ligament lombo-ovarien. Ce dernier s’étend de l’angle latéral de l’utérus jusqu’à l’extrémité inférieure de l’ovaire.

Qu'est-ce qu'un ovaire ?

Quel est le rôle des ovaires ?

Deux rôles importants sont reconnus pour les ovaires, il y a la fonction endocrine et la fonction exocrine.

La fonction endocrine se traduit par la fabrication des hormones comme l’œstrogène et la progestérone. Cette production commence dans la plupart des cas à la puberté grâce aux différents stimuli que le cerveau émet. Les hormones ainsi produites favorisent le développement corporel de la femme. Dès que la femme atteint la ménopause, la fabrication des hormones disparaît progressivement.

La fonction exocrine se traduit par la production des ovules. En effet, c’est grâce à une stimulation cyclique émise par le cerveau vers les ovaires que les ovules sont produits mensuellement. Cette stimulation est possible grâce à la sécrétion des gonadotrophines, les hormones folliculo-stimulant (FSH) et lutéinisante (LH). Les ovules mûrissent dans le follicule ovarien et constituent la preuve de la fertilité féminine. En absence de fécondation, elles sont évacuées sous forme de règles.

Quelles sont les maladies possibles des ovaires ?

Les ovaires ne sont pas des organes à l’abri des maladies et parfois, les femmes ont du mal à détecter ses manifestations.

Les maladies ovariennes

Les femmes sont souvent affectées par les ovarites, le kyste ovarien, le cancer de l’ovaire ou les tumeurs de Krukenberg.

Pour une maladie ovarienne, il importe d’adopter les traitements adéquats afin de lutter efficacement contre celles-ci. Avec l’arrivée de la ménopause, les femmes sont plus exposées au cancer de l’ovaire de forme adénocarcinome. Lorsque le cancer n’est pas vite détesté et qu’il atteint un niveau d’avancement considérable, la solution la plus simple serait une ablation de l’utérus (hystérectomie) doublée de l’ablation des deux trompes et des deux ovaires (annexectomie bilatérale). Pour un déficit hormonal qui conduit à une insuffisance lutéale ou à un ovaire polykystique, le traitement sera différent. En cas de vieillissement des ovaires, les fausses couches seront plus fréquentes.

Pour prévenir les maladies ovariennes, il est conseillé de faire une consultation gynécologique régulière, elle peut être annuelle. Lorsque les maladies sont vite détectées, il est facile de les traiter afin d’éviter les conséquences lourdes en cas d’aggravation.

Les manifestations des maladies ovariennes

Ces dernières se manifestent souvent par des douleurs au bas-ventre ou une perturbation au niveau des cycles. La femme qui est affectée par ces maladies peut ne pas remarquer tout de suite ces différents symptômes. Ces dysfonctionnements peuvent se traduire par une absence de règles on parle : d’aménorrhée. Il peut s’agir de douleurs au cours de la menstruation, la dysménorrhée, une abondance des règles l’hyperménorrhée ou la ménorragie.

Lorsque vous avez des saignements au niveau du vagin en dehors de votre période de menstruation, cela constitue aussi une manifestation liée à une maladie, on parle de métrorragie. Il est aussi possible que malgré la réunion de toutes les conditions nécessaires pour tomber enceinte, la femme continue à se plaindre. Seul un examen gynécologique permet d’avoir plus de précision sur les origines des manifestations. Pour la confirmation du diagnostic d’un gynécologue, la meilleure solution reste l’échographie et d’autres examens complémentaires comme les dosages sanguins et les bilans sanguins.

Comment examine-t-on les ovaires ?

Après avoir constaté des symptômes de certaines maladies ovariennes, il est important de se rendre chez un médecin spécialisé pour un examen.

Ceci peut être un examen clinique et dans ce cas, le gynécologue commence par une palpation et une percussion légère au niveau de votre abdomen afin de vérifier la présence d’eau au niveau de la cavité abdominale. Il peut s’agir du toucher vaginal qui consiste à introduire dans votre vagin un ou deux doigts et une main sur votre abdomen afin d’avoir plus de précision sur la taille des ovaires. Un écarteur est souvent introduit dans l’appareil génital afin de mieux voir l’intérieur et l’entrée de l’utérus. Le toucher rectal est aussi une méthode utilisée par le spécialiste de même que l’échographie trans vaginale et l’analyse sanguine.

Ces différentes informations vous permettent de mieux connaître votre corps et favorisent une meilleure lutte contre les maladies.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici