Le col de l’utérus se retrouve chez la femme. C’est une portion essentielle dans le bon fonctionnement de son organe génital, puisqu’il est rattaché à l’utérus. Que faut-il savoir sur le col de l’utérus ? Nous vous disons tout !

C’est quoi le col de l’utérus ?

Dans la présentation de l’utérus, on peut remarquer une portion basse : c’est le cervix ou col de l’utérus. Plus précisément, le col de l’utérus représente la partie basse de cet organe. Il mesure environ 2 centimètres en longueur, déborde largement dans le vagin, et est divisé en trois parties que sont :

  • l’exocol ;
  • l’endocol ;
  • la zone de jonction.

L’épithélium pavimenteux protège un tissu conjonctif et l’exocol en même temps. L’endocol quant à lui, est recouvert par l’épithélium glandulaire festonné : c’est ce tissu qui sécrète la glaire cervicale. Enfin, la zone de jonction comme l’indique d’ailleurs son nom, joint les deux épithéliums au niveau de l’orifice externe du col de l’utérus. On parle alors d’ectropion lorsque de façon anormale, la position de la zone de jonction se trouve sur l’exocol. Lorsqu’elle se retrouve au sein du canal du col de l’utérus, on parle alors d’entropion.

La forme du col de l’utérus diffère en fonction des femmes. Pour celles ayant déjà eu un enfant, il a une forme cylindrique et un orifice élargi. Chez celles n’ayant jamais encore accouché, le col de l’utérus a une forme tronconique. Quant à son aspect, il peut différer en fonction de l’effet des hormones et du cycle menstruel.

C'est quoi le col de l'utérus ?

Quelle est la fonction du col de l’utérus ?

La fonction principale de cet organe est de sécréter en permanence de la glaire cervicale qui à son tour, lubrifie le vagin de la femme. Le col de l’utérus s’ouvre et libère ce mucus peu de jours avant le début de la période fertile de la femme. La glaire cervicale s’épaissit dès l’ovulation, formant ainsi une barrière antibactérienne. Elle se fluidifie également au moment de l’ovulation afin de permettre le déplacement des spermatozoïdes, du vagin de la femme à son utérus.

En plus de fabriquer de la glaire cervicale, les autres fonctions du col de l’utérus se résument à :

  • se contracter pendant la grossesse pour maintenir le fœtus dans l’utérus ;
  • se dilater au cours de l’accouchement, afin que le bébé puisse passer.

Quelles sont les maladies du col de l’utérus ?

Comme tout organe du corps humain, le col de l’utérus peut lui aussi être sujet à des pathologies. Les plus fréquentes sont le cancer du col de l’utérus, la cervicite et les polypes muqueux.

Le cancer du col de l’utérus

99,99 % des cas de cancer du col de l’utérus sont dus au papillomavirus HPV. Très contagieux, il peut rapidement occasionner le décès de la femme lorsqu’il n’est pas rapidement détecté. 600 000 décès sont en effet enregistrés chaque année dans le monde, dont 1 100 en France. Au cours du premier stade de la maladie, la femme atteinte peut ne rien remarquer comme symptômes. Souvent, c’est une fois que les tissus et les organes voisins sont atteints que les symptômes commencent à faire leur apparition. Ces quelques signes qui peuvent alerter la femme sont :

  • une fatigue générale ;
  • des difficultés à uriner ou à aller à la selle ;
  • une perte d’appétit ;
  • des douleurs au cours des relations sexuelles ;
  • des menstruations anormalement abondantes ou longues ;
  • etc.
Le cancer du col de l'utérus

Quant aux facteurs de risque de cette pathologie, ils sont liés entre autres à la prise de la pilule contraceptive, à une précocité des rapports sexuels, ou encore à la multiplicité de partenaires sexuels.

Le cancer du col de l’utérus peut tout de même être précocement détecté et prévenu. Les lésions précancéreuses sont éliminées par conisation, laser, cryothérapie ou électrochirurgie. Le traitement en lui-même dépend du stade auquel se trouve la maladie. Lorsqu’elle n’est pas très avancée, il peut nécessiter une hystérectomie ou ablation de l’utérus. Cependant, à un stade très avancé, on peut être obligé de procéder à l’ablation supplémentaire des ganglions lymphatiques et des tissus voisins. Au cas où cette lourde opération ne peut être réalisée, on procède à l’irradiation de la tumeur.

La cervicite

Elle se caractérise par une inflammation du col de l’utérus. La cervicite peut être provoquée par une autre maladie ou par une infection, mais très souvent, c’est une maladie sexuellement transmissible qui en est la cause. On distingue l’endocervicite et l’exocervicite. La première entraîne une infection au niveau de la glaire cervicale. Elle est une inflammation de ce canal endocervical. Quant à l’exocervicite, il s’agit d’une pathologie qui atteint la paroi externe du col.

Contrairement au cancer du col de l’utérus, la cervicite n’est pas asymptomatique. La femme peut remarquer des pertes purulentes sanguinolentes ou malodorantes. Ces dernières peuvent être accompagnées de petites démangeaisons, de fièvre et de douleurs pelviennes. Le diagnostic quant à lui, a lieu par frottis cervical. Par ailleurs, c’est en fonction du résultat des prélèvements vaginaux qu’un traitement sera administré à la femme atteinte de cervicite. Le traitement est souvent local, et oral lorsque la cervicite est grave.

Les polypes muqueux

Le polype utérin est une excroissance de cette muqueuse qui tapisse l’utérus, l’endomètre. Les polypes du col de l’utérus sont donc un type de pathologie tumorale bénigne. Ils peuvent être fibreux ou muqueux, et leur taille, leur nombre et leur forme peuvent varier. Ils peuvent en effet n’occuper qu’une seule partie de la cavité utérine, comme ils peuvent aussi l’emplir ou être pelliculés.

Les polypes muqueux sont souvent pelliculés et proviennent de l’endocol. Le diagnostic de la maladie a lieu par un examen clinique du gynécologue. Il vérifie alors si ces derniers sont suffisamment volumineux pour être palpés, ou s’ils sont visibles au niveau du vagin ou du col de l’utérus. Il peut demander :

  • une échographie pelvienne pour visualiser les polypes et les différencier des fibromes ;
  • une hystéroscopie qui va alors consister en une intervention ambulatoire. Une caméra est alors introduite dans l’utérus de la femme par son vagin.
  • Une hystérographie, une forme de radiographie pour l’utérus.po

Les polypes muqueux ne présentent aucun symptôme chez la femme. Ils peuvent toutefois provoquer des métrorragies, des ménorragies, des pertes vaginales, ou même une infertilité lorsque celle-ci n’est pas rapidement prise en charge. Dans 0,5 à 1 % des cas, un polype muqueux peut se transformer en cancer du col de l’utérus. Pour les traiter, il faut les éliminer par ablation. Pour les cas graves, toute la muqueuse peut être retirée de l’utérus de la femme. Cette opération est appelée hystérectomie totale.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici