Les trompes de Fallope doivent leur nom à l’anatomiste italien Gabriele Falloppio qui les a découverts, et dont le nom francisé est désormais utilisé pour les désigner. Parfois appelées tubes utérins ou salpinx, les trompes de Fallope forment une partie importante de l’appareil génital de la femme. Elles relient les ovaires à l’utérus. Découvrez dans la suite de cet article, le rôle des trompes de Fallope, les pathologies qui sont courantes avec les trompes de Fallope ainsi que les types de traitement à administrer en cas de pathologies à cette partie du corps féminin.

Quel est le rôle des trompes de Fallope ?

Situées de part et d’autre de l’utérus de la femme, les trompes de Fallope s’apparentent à deux cornes disposant à leurs extrémités, d’un pavillon composé d’un épithélium de forme cylindre et couvert de cils. Chaque trompe de Fallope se compose :

  • d’un pavillon
  • d’une ampoule qui est le siège de la fécondation
  • d’un isthme
  • d’un segment utérin
  • et de l’ostium.
Quel est le rôle des trompes de Fallope ?

Les dimensions normales d’une trompe de Fallope sont de 12 à 15 centimètres pour la longueur et de 1 centimètre pour le diamètre qui peut aller jusqu’à 3 centimètres au niveau du pavillon. Les trompes de Fallope jouent un rôle très important dans le fonctionnement du système reproductif de la femme. Principalement, ces rôles sont au nombre de quatre.

Rôle 1 : réceptionner une partie de l’ovocyte. Durant le processus d’ovulation, les ovaires expulsent l’ovocyte par l’intermédiaire du follicule ovarien. C’est cet ovocyte qui ensuite sera recueilli par les pavillons des trompes de Fallope.

Rôle 2 : Aider les spermatozoïdes dans leur déplacement. Les spermatozoïdes ont besoin de traverser les trompes de l’utérus afin de rejoindre l’endroit où se trouve l’ovocyte. Les trompes de Fallope grâce à leur structure facilitent le travail aux spermatozoïdes.

Rôle 3 : Servir de cadre propice à la fécondation. La fécondation a lieu généralement dans la partie ampullaire, et cette partie se retrouve au niveau des trompes de Fallope.

Rôle 4 : Transporter l’œuf fécondé. Une fois que la fécondation est terminée, ce sont les trompes de Fallope qui transporteront l’œuf fécondé vers la cavité utérine, où il va se développer.

Quelles sont les pathologies des trompes de Fallope ?

Les trompes de Fallope sont des organes pouvant souffrir d’un certain nombre d’affections.

L’endométriose

Le cycle des règles chez la femme est dû à un tissu appelé endomètre. Il s’agit d’un tissu qui se retrouve normalement dans l’utérus chez la femme. Durant le cycle, ce tissu s’épaissit en vue d’accueillir une grossesse. En cas de non-fécondation, l’endomètre s’autodétruit et c’est ce qui occasionne les saignements constatés durant les règles. Malheureusement chez les femmes souffrant d’endométriose, ce tissu se développe dans des endroits autres que l’utérus. Engendrant chez la femme, des lésions et des kystes ovariens dans les endroits où se retrouve l’endomètre.

Les organes le plus souvent affectés sont : les organes génitaux et le péritoine. Parfois, l’endométriose peut s’étendre jusqu’aux appareils urinaires, digestifs ou même pulmonaires parfois. Les statistiques montrent qu’une femme sur dix souffre d’endométriose.

Quelles sont les pathologies des trompes de Fallope ?

La salpingite

La salpingite se définit comme étant l’inflammation de l’une ou des deux trompes de Fallope. Il s’agit d’une affection plus fréquente chez les jeunes femmes ayant entre 20 et 25 ans. Les origines de cette inflammation sont certes plusieurs, mais sont toutes d’origine bactérienne. La première origine de l’infection bactérienne est d’origine sexuelle. En effet, lors d’un rapport sexuel non protégé, des bactéries peuvent être transmises à la femme. Celles-ci remontent le col de l’utérus pour ensuite se loger au niveau des trompes.

La seconde origine de l’infection bactérienne peut être en rapport avec une intervention ou un examen subi au niveau de l’utérus. Les cas les plus fréquents étant les cas d’interruption volontaire de grossesse, les cas d’examen radiologique de l’utérus, les poses de stérilet ou encore les curetages utérins. La troisième et dernière origine de l’infection bactérienne peut être liée à une appendicite ou à une inflammation de la partie sigmoïde du colon.

Le cancer de la trompe de Fallope

Les trompes de Fallope peuvent également voir les différentes cellules qui les composent être colonisées par un cancer. On parle de cancer de la trompe de Fallope. C’est une tumeur cancéreuse maligne qui colonise et détruit toutes les cellules se trouvant autour d’elle. Elle peut également infecter d’autres organes du corps.

La forme la plus fréquente de cancer de la trompe de Fallope est celle qui prend naissance au niveau des cellules glandulaires qui se retrouvent au niveau du revêtement des trompes. Cette forme de cancer de la trompe de Fallope est dénommée adénocarcinome et présente de vraies similitudes avec le carcinome séreux qui est une forme de cancer de l’ovaire. D’autres formes plus rares du cancer de la trompe de Fallope comme le sarcome ou le carcinome endométrioïde existent également.

La grossesse extra-utérine

Comme dit plus haut, les trompes sont juste censées être le siège de la fécondation de l’ovule qui ensuite sera convoyé vers l’utérus. Dans le cas d’une grossesse extra-utérine, l’œuf fécondé a du mal à atteindre l’utérus et finit par se développer dans les trompes de Fallope, au niveau d’un ovaire ou du col de l’utérus ou même dans l’abdomen.

Comment traiter une maladie des trompes de Fallope ?

Il existe plusieurs types de traitements possibles, pour les différentes maladies liées aux trompes de Fallope. Ceux-ci sont plus ou moins adaptés en fonction du type de maladie et de son niveau de gravité. Le premier type est d’ordre médicamenteux. Particulièrement dans les cas d’endométriose où des médicaments sont capables de régler le problème.

Le second type de traitement est d’ordre chirurgical. Ce genre de traitement demande souvent une ablation partielle ou totale d’une des trompes. Dans ce cas, il s’agit de ligaturer les trompes de Fallope. Le dernier type de traitement est la chimiothérapie. Il s’agit d’un traitement souvent préconisé en cas de cancer lorsque celui-ci atteint un certain stade.

Comment examiner les trompes de Fallope ?

L’examen des trompes de Fallope se fait lors de ce qu’on appelle une hystérographie ou hystérosalpingographie. Durant l’examen un produit de contraste est injecté dans l’utérus par le biais d’une sonde. Le produit va se déposer sur les parois des trompes et les rendre suffisamment visibles sur des clichés.

Cependant, avant que la sonde ne soit introduite par la cavité utérine, il est demandé à la femme de se mettre soit sur le dos ou en position gynécologique. Une fois en position, le médecin fait agir le spéculum afin de faciliter le passage de la sonde. Une fois les différents clichés pris, la sonde est retirée.

Les trompes de Fallope sont une partie très importante de l’appareil génital féminin. Elles jouent plusieurs rôles essentiels. Il est donc important de veiller à ce qu’elles ne souffrent d’aucune pathologie, et si c’est déjà le cas de tout mettre en œuvre pour les traiter.

Voir nos conseils

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici